Contrastes

Par les lois et les diverses mesures , l’activité politique a pour but de résoudre un très grand nombre de questions posées aux hommes d’un certain espace (un pays, une région une ville etc.).

Cependant, cette inévitable diversité des décisions à prendre ne peut se faire de manière cohérente que sous un regard d’ensemble de nature à permettre de comprendre les besoins réels de la société.

Aussi, lorsqu’on veut parler des aspects concrets de la politique, l’une des premières démarches à faire consiste à s’entendre sur une description de la réalité que l’on veut réformer. C’est cette démarche préalable que je propose ici.

Partout d’énormes contrastes

Ce qui caractérise de la manière la plus frappante le monde dans lequel nous vivons, c’est le grand nombre des énormes contrastes observables de toutes parts. J’en présente ici un échantillon (qu’il serait bien facile de compléter bien plus largement encore :

Contrastes les plus choquants

D’abord, deux contraste les plus choquants pour la sensibilité et le cœur :

  • folle richesse d’une infime minorité d’hommes concentrés dans quelque grandes villes… et extrême misère de centaines de millions d’hommes répandue sur d’immenses étendues du globe terrestre ;
  • extrême gravité et urgence d’agir très énergiquement pour la réparation écologique de la planète… et coupable passivité d’une partie de la population et des pouvoirs économiques et politiques du monde ;

Un échantillon de quelques autres…

soumission des centaines de millions de salariés du monde entier qui protestent contre leur exploitation… et règne d’un groupe comparativement très réduit d’hommes qui ne possèdent d’autres atouts que l’alliance (à la fois solide et fragile…) entre l’immensité de leur richesse et les vieilles législations traditionnelles créées de longue date par l’histoire du monde ;

Contraste dans les comportements :mollesse des chrétiens quand ils se contentent d’accuser la méchanceté du monde… et réalité de leur propre trahison à l’égard de leur maître, Jésus, qui, déjà il y a 2000 ans, secouait les riches de son temps avec une violence inouïe ;

Nombreux contrastes sur le plan de l’intelligence

De très nombreux contrastes sur le plan de l’intelligence :

  • /développement de la science et de la technique… et faiblesse de la conscience morale (au XVIe siècle, Rabelais n’avait-il pas vu juste lorsqu’il écrivait : « science sans conscience n’est que ruine de l’âme » ?) ;
  • incroyable abondance des études de toutes sortes… et incapacité de l’immense majorité des gens à en dégager une vue d’ensemble pour expliquer le monde ;
  • possibilités prodigieuses de l’esprit humain… et, chez beaucoup, niveau très bas de leur représentation du monde et de la vie ;/
  • surtout, débilité intellectuelle d’un petit groupe de prétentieux, qui affirment que la vérité n’existe pas… et lévidence logique de son existence ;

Contrastes sur le plan de la conscience des hommes

Contrastes sur le plan de la conscience des hommes :

  • tendance stupide et quasi universelle à se plaindre des autres et à les accuser… et, pour chacun, totale incapacité à prendre conscience de ses immenses responsabilités ;
  • hypocrisie des élites au pouvoir… et incroyable naïveté d’une grande partie de la population qui croit en la sincérité de leurs propos et de leurs intentions ;

Contraste entre la grandeur et les vices des hommes : existence de quelques héros prêts à sacrifier leur vie pour l’humanité… et ravages de quelques dizaines de milliers de fous toujours prêts à tuer, à violer, à décapiter des populations innocentes d’hommes, de femmes et d’enfants ;

Le grand contraste qui résume tout

Tous ces contrastes se résument dans un seul : celui qui oppose l’incroyable grandeur des possibilités de l’homme… et la très fréquente maigreur de l’usage qu’il en fait… (L’homme est un être capable qui ne prend pas ses responsabilités ; Il accuse Dieu qui lui a tout donné… et il passe sous silence la somme impressionnante de ses défaillances…).

Le résultat

  • Le résultat du heurt entre tous ces contrastes, c’est cet immense monde dans lequel nous vivons. Mais c’est aussi un prodigieux défi lancé à l’intelligence et au courage des hommes. Aussi bien à l’échelle de chacun d’eux qu’à celle de toute la communauté humaine. Un défi que les hommes courageux peuvent s’efforcer de relever de bien des manières. En particulier par un exercice réfléchi de l’activité politique.

Mais qu’est-ce que l’homme ?

Avec tout cela, qu’est-ce que l’homme ? Que sommes-nous, nous-mêmes, nous qui nous interrogeons… (et qui devrions décider de réfléchir sérieusement et d’agir avec réalisme et énergie…)

Provocation

Qui êtes-vous, vous-même ? Un résigné ? un fataliste ? Un mou ? Très probablement, quelqu’un qui excuse sa faiblesse au nom d’un prétendu réalisme ! Et qui, à partir de là, ne fera jamais rien, qui se plaindra de la méchanceté du monde (et de sa totale innocence personnelle !).