Évitons la maladresse.

N’épargnons aucun effort pour discuter les thèses de ceux qui ne pensent pas comme nous. Mais ne commettons pas l’erreur de commenter celles qui ne méritent pas de l’être… Lesquelles ? Celles, dépourvues de sincérité, qui ne sont en réalité que des théories élaborées en vue d’atteindre des buts cachés inavouables. Discuter ce genre de thèse reviendrait à leur donner aux yeux du grand public une caution de sérieux, et par là, à se faire complice d’une propagande regrettable. Ne les commentons pas, mais, sans leur répondre directement, effectuons un travail d’éducation destiné à renforcer les gens dans une saine conception des réalités.

Problème : comment faire le tri entre les thèses sérieuses et celles qui ne font que masquer une intention mensongère ? Il n’y a pas de règle : c’est une question de lucidité personnelle, d’intuition et de bon sens.

 Application pratique : pour des raisons dont on trouvera le fondement dans les autres chapitres, je considère que la théorie du genre et les nouvelles théories sur la liberté individuelle ne sont pas du domaine de la philosophie et de la science, mais de la propagande en vue d’atteindre des buts cachés au commun des mortels.  Alors, évitons de les discuter et de leur donner des brevets d’honorabilité. Par contre, par ailleurs, travaillons à renforcer la compréhension les valeurs qui sont mises en cause.